Donald Trump « Le Magnifique » 

16 septembre 20150 Commentaire

Donald Trump Speaks To GOP Women's Groups

La Primaire républicaine, introspection économico-politicienne pour tout libéral américain qui se respecte, connaît depuis le 16 juin dernier un véritable tremblement de terre. D’abord moqué, Donald Trump, égotiste vantard à la fortune colossale, est venu casser les codes de la course aux électeurs à grand train de petites phrases « choquantes » et de citations auto promotionnelles. Aujourd’hui, sa nette progression dans les sondages inquiète les deux camps. Donald Trump, Président ? Tout reste à craindre.

Sa candidature : personne n’y a cru. Les autres candidats y ont vu un feu de paille, il s’agissait véritablement d’un incendie. « L’homme laqué », politicien le plus raillé des Primaires, est désormais leader dans les sondages consacrés aux intentions de votes (32%).

Produit 100% américain, Donald Trump symbolise à lui seul le mauvais goût et la culture de l’argent parfaitement assumés. Une image qui plaît au multimilliardaire égotique.

« Je suis fier de ma fortune, j’ai fait un boulot épatant… Le total est de 8 milliards de dollars. Je ne dis pas ça pour me vanter, parce que vous savez quoi, je n’ai pas besoin de me vanter » (Source mic.com). 

Et les médias en raffolent ! En contrepartie, l’homme offre à son public les diatribes dont il a le secret, conduisant sans étonnement au festival du narcissisme.

Persona non grata

Prêt à la surenchère verbale pour se trouver une clientèle, l’excentrique magnat de l’immobilier a du « dérapage » à revendre. Raciste, misogyne, l’homme a tout pour plaire. Ses lacunes culturelles sont vites compensées par ses attaques permanentes.

Ses cibles sont variables mais les tirades les plus ahurissantes sont à destination de la population mexicaine. Le torse bombé, le sourire au coin, « The Donald » n’a pas hésité à taper sur tout un peuple au risque de perdre une bonne partie de l’électorat, qui pèse quand même 16% de la population.

« Quand le Mexique nous envoie ses gens, ils n’envoient pas les meilleurs éléments. Ils envoient ceux qui posent problèmes. Ils apportent avec eux la drogue. Ils apportent le crime. Ce sont des violeurs ».(Source CBS)

En réponse à ce « problème », Trump envisage une solution simple pour les 3000 kilomètres de frontière qui séparent le Mexique des États-Unis : « Je vais construire un grand mur sur notre frontière sud, et le Mexique paiera pour le construire. Prenez-en bien note« , a-t-il lancé le jour de l’annonce de sa candidature.  (Source CBS)

deez-nuts-un-adolescent-de-15-ans-est-a-9-d-intention-de-vote-en-caroline-du-nord-1_5400723

Et ce n’est pas tout, l’homme a également décidé de perdre le vote des femmes. Réagissant à la présence d’Hilary Clinton à la Primaire démocrate, il a « su » trouver les mots : « Si Hillary Clinton ne peut pas satisfaire son mari, comment peut-elle penser qu’elle va satisfaire l’Amérique ? ». 

L’homme n’a pas de limite. Réceptacles à complot, partisan des thèses les plus farfelues, il est à la fois victime et auteur de sa propre bêtise. Son credo : surfer sur le « scepticisme climatique ». Donald-la-science sait tout sur tout et c’est sur twitter que le public a la possibilité d’admirer ses théories abracadabrantes.

«Le concept de changement climatique a été créé par et pour les Chinois pour rendre l’industrie américaine non compétitive.»

Une course « clownesque »

17 candidats RépublicainsLe décor est planté, les candidats sont en place. Parmi les favoris pour succéder à Barack Obama, Hillary Clinton côté démocrate, et à ce stade de la campagne, Donald Trump, Jeb Bush, Scott Walker et Marco Rubio parmi les républicains.

Dans les deux camps, le milliardaire inquiète et le détachement est de mise. Son parti l’ignore et s’éloigne, ses adversaires se moquent. Les cinq prochains mois nous promettent une sacrée dose de divertissement et de crainte. Seul Trump peut faire chuter Trump, la balle est dès lors dans son camp.

Pin It

Dans: AJT Plumes
Taggé:

Laissez un commentaire

Retour en haut